Etna et ses 6 chiots le 12 octobre au matin

La petite Etna a été saillie par Verlaine pour la première fois le dimanche 12 août et comme un suivi de chaleur avait été effectué, il était à parier que « les fruits de leurs amours » naitraient autour du 11 ou 12 octobre, 60 jours après…Nous savions qu’ils étaient six, puisqu’une radio de fin de gestation nous avait permis de compter les petits, de façon certaine.

En ce jeudi 11 octobre au matin je me rendais compte après avoir pris la température d’Etna que cette dernière avait fortement chuté. La petite chienne ou plutôt le thermomètre affichait un petit 36°2. Le taux de progestérone avait donc chuté et comme c’est l’hormone de la gestation…la mise bas était proche.

 Pendant cette matinée Etna s’est beaucoup reposée et a beaucoup dormi. Il faut dire qu’elle est très grosse et qu’elle est moins leste qu’a l’accoutumée. En début d’après midi la chienne a commencé à s’agiter passant beaucoup de temps à gratter dans son panier, mettant sans dessus dessous, couvertures et coussins. Le travail débutait sans doute…

 Vers 18h la future maman s’est mise à haleter plus fréquemment  et à demander à sortir plus souvent pour se soulager. Plus aucun doute n’était permis, les petits s’apprêtaient à naître. J’avais envisagé une naissance pour le 12 octobre, je ne m’étais pas trompée. Etna est restée avec moi une bonne partie de la soirée dans notre salle à manger et profitait sans vergogne de la grande panière particulièrement confortable et à son goût.

 Vers 21 h 30 je décidais d’emmener ma petite agitée de service dans la pièce qui fait office de maternité et de nurserie. Cette salle est  spécialement aménagée pour accueillir la « nichée » dans les meilleures conditions sanitaires et de confort possibles. Tout le matériel de mise bas ainsi que la caisse et la lampe chauffante étaient installés depuis quelques jours déjà. Etna allait et venait dans la caisse en haletant sans cesse, elle était en travail et la nuit allait être longue…

Etna avait décidé qu’elle ne voulait pas rester dans sa caisse et passait son temps à tourner et à marcher sans jamais s’arrêter. J’étais à la peine pour elle, mais jamais une plainte…

La pendule elle aussi…tournait !

Je trépignais d’impatience et bien que je sache parfaitement que l’art de la mise bas est de savoir attendre, à minuit je commençais à perdre patience. Etna avait des contractions de plus en plus fortes mais qui n’étaient pas suivi d’effet. Il fallait attendre que la nature fasse son œuvre.

A minuit trente, je commençais tout de même à être inquiète et à m’imaginer les pires scénarii. Aussi un peu dépitée mais décidée, je téléphonais au vétérinaire de garde de la clinique ou je suis cliente. Sandrine, la vétérinaire de garde décrochait rapidement mais sa voix éraillée me laissa supposer que je la sortais d’un sommeil des plus profond. En m’excusant je lui présentais la situation, quand soudain sur une contraction bien appuyée, je voyais apparaître les pattes postérieures du premier chiot qui enfin se décidait enfin à se montrer. Je raccrochais rapidement pour pouvoir m’occuper de lui.

Le 12 octobre à 0h35 du matin, avec beaucoup de courage Etna nous offrait son premier chiot : un beau mâle tout blanc avec un joli cocard sur l’œil droit.  Etna a eu du mal à expulser son petit qui s’est présenté par les pattes arrière, elle est à peine effarouchée et le lèche vigoureusement  en le poussant vers ses tétines. Son instinct de mère est bien présent. Elle me fait un peu peur car elle veut son petit tout prés d’elle et elle le prend en gueule de façon systématique dés qu’il s’éloigne un peu. Elle est terrible, je trouve le chiot petit mais il semble très vigoureux et tête déjà presque goulument. J’ai hâte de le peser mais je n’ose le prendre pour le faire, ça attendra un peu, d’autant que d’autres contractions apparaissent…Oh la la, quand je pense que j’ai réveillé la vétérinaire pour rien, j’ai un peu honte…

Bon et bien si le premier chiot a mis du temps à naître 2 femelles viennent de voir le jour à 5 minutes d’intervalle. La première est toute blanche avec comme son frère un cocard sur l’œil droit et la seconde est entièrement blanche. Il est 1h05 mn et Etna ne sait plus ou donner de la tête, elle veut tous ses petits prés d’elle, tout prés d’elle ! Déjà 3…allez ma belle encore 3…

A 1h30mn un autre petit mâle montre le bout de son museau, lui aussi est entièrement blanc avec une petite tache bien noire entre son œil et son oreille gauche. Pour l’instant et à ma grande satisfaction aucun chiot n’est taché sur le corps et ça me plait bien, une portée pour puriste : le plus de blanc possible !

J’étais un peu alarmiste pour les poids de naissance, en fait on ne se souvient pas et puis dans des moments ou l’émotion est grande nous ne sommes plus très objectifs car les 4 chiots nés ont un poids tout a fait correct, aux alentours de 200g, sauf la petite femelle toute blanche qui pèse 177g.  Tout le monde est aux tétines pour téter le colostrum, premier lait riche en anticorps et qui va bien protéger les chiots jusqu'à leur sixième semaine.

A presque 2h un autre p’tit gars s’annonce, il a un superbe masque tricolore très soutenu en couleur avec une belle liste, gratifiée d’une petite tache sur la crête du front. Il est tout rond et très actif pour rejoindre ses frères et sœurs à la tétée. Je m’aperçois qu’il a aussi une tache noire en base de queue, parfait. De vrais petits parson comme je les aime. Le dernier petits mâle est né a 2h20mn il ressemble beaucoup au précédent mais son masque est plus petit, les oreilles ne sont pas prises. Voilà les 6 chiots sont là, je n’en attends pas d’autres puisqu’ils ont été parfaitement comptés sur la radio.

6 chiots en 2 h de temps ça c’est du boulot ma « nana ». Après la tempête, enfin le calme, je suis en admiration devant ce magnifique spectacle qui s’offre à mes yeux. Comme à chaque fois je suis profondément émue…

Je mets un point d’honneur à assister mes chiennes lors des mises bas, j’aide la chienne et prodigue rapidement les soins au nouveau né. C’est capital pour moi de ne laisser à la lice que le « privilège » de lécher son petit et de le faire téter. C’est une forme de reconnaissance envers la chienne, la naissance même celle d’un petit chien reste un moment privilégié, mémorable, grand, que je ne voudrais manquer sous aucun prétexte.

Les naissances se sont écoulées jusqu’au milieu de la nuit. Etna a ainsi donné naissance à 6 magnifiques chiots tous très vigoureux et resplendissants de santé. Elle a même voulu couper elle-même le cordon ombilical des deux derniers chiots qu’elle a mit au monde.

Sur cette épreuve elle a gagné la médaille du courage et de l’efficacité et nous offre une bien belle portée.

A 3h30h la pièce est impeccablement nettoyée, une machine à laver tourne déjà. Les chiots sont sous la lampe (le chiot ne régulera pas sa température avant l’âge de 3 semaines), ils sont sourds le bruit de la machine ne les empêchera pas de dormir.